Retour chez ma mère

 
Réalisé par: Eric Lavaine
Avec: Josiane Balasko, Alexandra Lamy, Mathilde Seigner
 

(1h 31min)

 

Aimeriez-vous retourner vivre chez vos parents ? À 40 ans, Stéphanie est contrainte de retourner vivre chez sa mère. Elle est accueillie les bras ouverts : à elle les joies de l'appartement surchauffé, de Francis Cabrel en boucle, des parties de Scrabble endiablées et des précieux conseils maternels sur la façon de se tenir à table et de mener sa vie… Chacune va devoir faire preuve d’une infinie patience pour supporter cette nouvelle vie à deux. Et lorsque le reste de la fratrie débarque pour un dîner, règlements de compte et secrets de famille vont se déchaîner de la façon la plus jubilatoire. Mais il est des explosions salutaires. Bienvenue dans un univers à haut risque : la famille !

 

mercredi 29 juin 2016: 15h00

mercredi 29 juin 2016: 20h30

vendredi 01 juillet 2016: 21h00

 

Tarifs 2D: Adultes €6.00 - Enfants: €4.00

 

 

 

 

 

L'idée du projet :

Eric Lavaine a eu l'idée de Retour chez ma mère en visionnant un reportage télévisée sur la "génération boomerang". Ce terme renvoie à ces adultes, contraints et forcés de retourner chez leurs parents à cause, généralement, d'une perte d'emploi. Cette expression est reliée en quelque sorte au terme "génération Tanguy", désignant les adultes qui restent chez papa et maman jusqu'à un âge avancé. (AlloCiné)

 

 

 

 

 

 

 

Collaboration de plume :

Eric Lavaine a collaboré à nouveau avec son acolyte, le scénariste Héctor Cabello Reyes, pour écrire Retour chez ma mère. Les deux hommes travaillent ensemble depuis 2006 et le premier film du cinéaste, Poltergay : "Je trouve qu’écrire est déjà compliqué en soi, et écrire seul est très difficile pour moi : je m’ennuie très vite. Il me faut un compagnon pour m’amuser, tester les idées, et rebondir : Héctor me permet donc d’avoir un regard plus critique sur les dialogues. Et puis, sur un sujet aussi large que la famille, on a chacun notre vécu. Cela fait deux fois plus d’histoires à raconter", confie le metteur en scène. (AlloCiné)

 


 

 

 

 

Warcraft : Le commencement

 

 Réalisé par: Duncan Jones
 Avec: acteurs inconnus
 

(2h 04min)

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs 

 

Le pacifique royaume d'Azeroth est au bord de la guerre alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs: des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l'autre à l'extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie.

 

jeudi 30 juin 2016: 20h30

samedi 02 juillet 2016: 21h00

 

Tarifs 2D: Adultes €6.00 - Enfants: €4.00

 

 

 

 

 

Un réalisateur chasse l'autre :

C'est lors du traditionnel rassemblement annuel de la Blizzcon, en 2009, que le studio Blizzard Entertainment a officialisé la mise en chantier d'un film basé sur l'univers de sa cultissime licence : Warcraft. Cerise sur le gâteau pour les fans, le studio plaçait à la tête du projet Sam Raimi. Le projet du film est resté en Stand-By jusqu'en 2012, où le cinéaste a finalement confié ne plus être à la barre, ayant été obligé de lâcher les commandes pour pouvoir réaliser Le Monde fantastique d’Oz. En janvier 2013, The Hollywood Reporter donne le nouveau nom du réalisateur : Duncan Jones, auteur de deux films de SF très remarqués : Moon et Source Code(AlloCiné)

 

 

 

 

 

Donner vie aux orques :

Parmi les 2 000 plans incluant des effets spéciaux, 1 300 concernaient des orques de plus de 2,5 mètres... Pour les filmer en motion capture, de multiples caméras ont été placées sur les plateaux où se jouaient les scènes afin d'enregistrer les mouvements en temps réel. 120 mini-capteurs étaient également disposés sur les visages des comédiens et filmés par des caméras miniatures (accrochées à un bandeau qu'ils portaient autour du front) pour enregistrer les moindres détails des mouvements des visages. (AlloCiné) 

 

 

 

 

Une pointure aux effets visuels :

En avril 2013, la production a annoncé l'arrivée sur le projet de Bill Westenhofer, à la supervision des effets visuels. Ce dernier n'a pas vraiment le profil du débutant. Il a déjà remporté deux Oscars pour son travail : en 2008 pour A la croisée des mondes : la boussole d'or et en 2013 pour L'Odyssée de Pi. Il explique :

"Travailler sur un film entre joueurs avertis nous a donné l’opportunité de vraiment rendre hommage et justice à notre passe-temps favori. Si vous faites attention vous verrez que l’architecture de la Forêt d’Elwynn est exactement la même que celle du jeu, tout comme les Carmines, La Marche de l’Ouest ou les montagnes entre Hurlevent et Forge Fer. Nous connaissions tous ces univers dans les moindres détails, comme tous les joueurs, et nous avons voulu les retraverser avec eux. Évidemment la motion capture permettait de donner ce rendu en Extra Large, mais il fallait néanmoins rester assez réaliste pour être convaincant. La partie la plus délicate a vraiment été les Orques." (AlloCiné)